...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Deirdre Dupree - #014

Aller en bas 
AuteurMessage
Deirdre Dupree
Slow me down
avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: Deirdre Dupree - #014   Dim 20 Jan - 19:16

Deirdre Dupree
Fiche #014


INFORMATIONS GENERALES

  • Nom : Dupree
  • Prénom : Deirdre
  • Date & Lieu de naissance, Age : 9 Mars 1987, la belle approche donc à grands pas de ses 21 printemps
  • Profession {si majorité} : Deirdre est étudiante en médecine, mais n’ayant plus de famille, la demoiselle travaille également dans un petit café pour pouvoir payer ses études.
  • Groupe : Adultes


DESCRIPTION PHYSIQUE

    Commençons tout d’abord par l’aspect général de la demoiselle. Deirdre est une jeune femme de taille moyenne, atteignant difficilement un mètre soixante cinq pour quelques petits cinquante kilos. N’allez toutefois pas croire qu’elle se prive. Bien au contraire. Mais passons, ce n’est nullement le propos. La belle possède une longue et soyeuse chevelure d’un beau châtain foncé, qui ondule librement autour de son visage aux traits fins et délicats. Ses grands yeux bruns, auxquels la lumière donne une teinte légèrement ambrée, font ressortir l’arrondi de son beau visage et sa peau diaphane. Sa silhouette fine et élancée est avantageusement mise en valeur par un port raffiné, venant de son éducation stricte. Dès son plus âge, on a obligé la jeune femme qu’elle n’était pas encore à se tenir, à avoir un langage correct et distingué, afin de la préparer à ce qu’elle n’a jamais voulu être : une dame mondaine.

    Comme on peut s’en douter, son style vestimentaire va de pair avec son éducation. Enfin, allait. Jusqu’à très récemment, la belle était obligée d’être toujours bien vêtue, de façon classe et élégante. De même, depuis qu’elle en a eu l’âge, Deirdre a toujours été plus ou moins maquillée, malgré le fait qu’elle n’a jamais apprécié cela. Toujours bien coiffé également, les cheveux parfois lissés ou attachés, alors qu’elle avait simplement envie de les laisser cascader librement.
    A présent, elle ne se préoccupe guère de se maquiller, d’autant qu’entre ses études et son travail, elle n’a plus le temps. De même pour ses vêtements. Exit les petits tailleurs et autres robes froufroutées si belles mais tellement inconfortables. La belle se contente de confortables t-shirts et de jeans pratiques. Adieu les talons hauts, bonjour les tennis plates.

    Bien évidemment, la demoiselle ne possède ni piercing, excepté celui de ses oreilles, lui permettant de porter toutes sortes de pendants et autres boucles d’oreilles, ni tatouage. Tout du moins, officiellement. Car, lorsqu’on la connaît bien, on sait que les défis ne l’arrêtent pas. Et les interdictions, n’en parlons même pas. A dix huit ans, elle a décidé qu’elle en avait assez qu’on lui dite sa conduite et s’est fait faire un tatouage au creux des reins. Une clef de vie. Elle ne le regrette pas, bien au contraire, elle l’adore même.


CARACTERE

    La première fois que l’on croise la demoiselle Dupree, on aurait plutôt tendance à croire qu’elle est timide, réservée, voire même renfermée. Ce qui n’est pas totalement faux. Cela dit, tout n’est pas forcément noir ou blanc. La belle est, effectivement, une jeune femme réservée et timide, solitaire, qui ne laisse jamais apparaître ses sentiments sur son visage ou dans ses expressions. Cependant, elle est très entêtée. A un point que vous ne pouvez pas imaginer. Et déterminée. Elle n’a pas froid aux yeux, peut même faire preuve d’un assez impressionnant culot. Depuis quelques années, elle dit ce qu’elle pense, et sans y aller par quatre chemins. Elle a mangé trop de diplomatie, savoir-vivre, etc, lorsqu’elle était enfant. Elle estime que, puisqu’on ne vit qu’une fois, il ne sert à rien d’avoir des regrets. Et elle n’en a pas.
    Toutefois, la demoiselle n’est pas qu’une personne à qui il ne faut pas chercher des noises. S’occuper des autres, les aider, les soigner, tout ça est pour elle le but ultime de sa vie. Vous l’aurez compris, Deirdre est totalement altruiste, dévouée entièrement envers son prochain. Elle ne supporte pas de voir quelqu’un souffrir. C’est pour cette raison qu’elle souhaite devenir médecin, sans parler du fait que c’est une personne rationnelle, au raisonnement carré, organisé, compartimenté. A l’instar de sa vie, somme toute.

    Passons à ce qu’elle aime. Le chocolat, le lait, le miel, les mandarines et les pêches. En bref, tout ce qui est sucré. Elle n’aime pas rester sans bouger, en fait, Deirdre est une vraie pile électrique qui vous épuise rien qu’en la regardant. La belle est toujours pleine d’entrain, toujours souriante. Enfin, si vous la connaissez, car Deirdre n’est pas du genre à se laisser facilement amadouer ou rouler dans la farine. Méfiez vous aussi, surtout si vous vous payez sa tête, la belle est très rancunière, et comme elle est pleine de ressources, elle peut vous le faire payer au centuple. Et pour corser le tout, Deirdre est imprévisible, jamais là où on l’attend, toujours là où on ne l’attend pas. Méfiez vous également de son intelligence calculatrice…



BIOGRAPHIE

  • Famille : Les parents de Deirdre sont des aristocrates londoniens relativement actifs dans la société mondaine. Ce sont également des gens aisés, ce qui leur a permis d’assurer une éducation et un train de vie plus qu’élevés.
    Sa mère, femme psycho-rigide et glaciale, mais qui, cependant, aime profondément sa fille et ne souhaite que le meilleur pour elle. En l’occurrence, qu’elle soit comme elle, une dame de société. Tout ce que Deirdre déteste.
    Passons à son père. Que la belle considère plutôt comme son géniteur. Mr Dupree est un homme d’affaires occupé, qui gère plusieurs galeries d’art entre New York, Paris et Londres. Depuis sa plus tendre enfance, elle est donc habituée à ne le voir qu’en coup de vent, entre deux voyages. A la réflexion, elle ne le connaît que très peu. Mais ça ne la gêne guère au fond, elle a toujours été quelqu’un de relativement solitaire.

  • Enfance & Histoire :
    10 Mars 1987

    Flora Dupree regarda le couffin aux draps blancs brodés qui était près de son lit. Il était encore tôt et le jour n’était même pas levé. Mais peu lui importait. Elle avait enfin mis au monde son enfant. La journée de la veille avait été celle du dur labeur de l’accouchement. Alors qu’elle pensait en avoir tout au plus pour l’après-midi, sa fille avait décidé de ne pointer le bout de son nez que peu avant minuit. Ça aurait été plus rapide et plus facile à la maternité, mais Flora avait les hôpitaux en horreur depuis la mort de sa mère, alors qu’elle n’était qu’une enfant. Elle se pencha, observant son petit ange qui dormait à poids fermés.

    7 Février 1990

    « Lise !!! Où est Deirdre ? Pourquoi donc est ce que je vous paye ? »
    La malheureuse Lise était occupée à préparer l’adorable ( ?) petite fille des Dupree pour un brunch on ne savait où. Il y avait tant et tant qu’elle en perdait le fil. La jeune fille au pair venue tout droit de France regarda Deirdre, petite poupée de porcelaine, courir à travers sa immense chambre en soupirant. Son appartement faisait à peine la moitié de ladite chambre. Sans parler de la turbulente enfant qui y passait le plus clair de son temps.
    « Deirdre, ça suffit, ta maman t’attend, il faut t’habiller. » lâcha la jeune femme, exaspérée, attrapant au vol la fillette.
    « Je veux pas !! » brailla t’elle en se débattant fermement.
    Lise leva les yeux au ciel, mais n’était pas décidée à laisser passer ça. Deirdre n’était pas capricieuse, bien au contraire, mais visiblement, les sorties, ce n’était pas sa tasse de thé. Flora ouvrit précipitamment la porte, restant bouche bée en voyant sa fille, calmée, qui faisait un câlin à sa jeune nourrice en l’appelant ‘maman’. Le soir même, Lise était renvoyée et Deirdre perdait ce qui, à ses yeux de petite fille, s’apparentait le plus à une mère…


    9 Mars 2002

    Deirdre regarda son reflet dans le miroir. Elle détestait cette atroce robe blanche, sans parler de l’horrible ruban blanc neige que sa mère l’obligeait à mettre. Les escarpins lui faisaient mal. Pourquoi tant de chichi pour son quinzième anniversaire ? Elle aurait mille fois préféré le passer bien tranquillement dans sa chambre, à lire, étant donné qu’elle avait déjà terminé tous les devoirs qu’elle avait à faire. C’était quand même pas trop demandé ? La demoiselle se laissa tomber sur son lit, et passa la main sur l’enveloppe kraft qui avait, grâce à une gouvernante dévouée, échappé à l’inquisition maternelle. Elle n’avait pas oublié Lise, et Lise ne l’avait pas oubliée. Elle ouvrit doucement l’enveloppe et lut rapidement la lettre avant d’ouvrir le petit paquet. Un splendide médaillon reposait dans son écrin de velours. Elle le mit en souriant puis le cacha sous le col montant de sa robe.
    « Ma chérie, j’ai une mauvaise nouvelle… » lâcha sa mère en pénétrant dans la chambre sans prendre la peine de frapper.
    « Papa ne viendra pas ? Evidemment que non, qu’est ce qui peut être plus important qu’une vente ? »
    Deirdre arracha rageusement le nœud qui ornait ses cheveux avant de descendre en courant pour se réfugier au fond de l’immense jardin…

    14 Juin 2005

    « Deirdre, je te signale que nous parlons de ton avenir. »
    Mr Dupree fixait sa fille, qui lui tournait ostensiblement le dos, observant, à travers l’un des baies vitrées du salon, la pluie fine qui inondait leur jardin. Elle se retourna, posant ses délicats yeux bruns sur son père. L’homme sentit un léger frisson le parcourir. Jamais personne ne l’avait fixé de façon aussi glaciale.
    « Peux tu nous expliquer ceci ? »
    Ce jour là, était arrivée au manoir Dupree une lettre félicitant Deirdre pour son admission à la faculté de médecine. Lettre qui était accompagnée du dossier d’inscription. La jeune fille avait brillamment obtenu son diplôme et achevé le lycée.
    « Il n’y a rien à expliquer. J’ai dix huit ans, je suis majeure et j’ai décidé de faire médecine. Je n’ai pas l’intention de faire droit, commerce ou tout ce que vous voudriez que je fasse. »
    Le couple Dupree se regarda, ne sachant que faire. Au fond, ils espéraient que ce n’était qu’une lubie, tout en sachant pertinemment que ça n’en était pas une.
    « Je n’ai aucunement l’intention de me plier à vos ordres. Et certainement pas les tiens, Père. Tu as cessé d’être mon père il y a plus de trois ans, quand tu as, une fois de trop, oublié mon anniversaire. » reprit elle. Il allait répliquer mais elle leva une main, le faisant taire. « N’essayez même pas de me faire avaler que je n’y arriverais jamais. Si l’un de vous deux avait seulement pris la peine de regarder mes bulletins, vous auriez su il y a déjà longtemps quelle était ma voie. »
    Paul Dupree se leva brusquement et s’approcha de sa fille.
    « Ça suffit ! Je te défends de parler ainsi sous notre toit. »
    « Ne t’inquiète pas, je m’en vais. »
    Deirdre quitta le séjour, fulminant contre les têtes de mules qui lui servaient de parents. Ses valises étaient prêtes et un appartement dans le centre de la ville l’attendait. Son père tenterait sûrement de lui couper les vivres, mais elle avait plus d’un tour dans son sac. Elle claqua la porte du manoir sans un regard en arrière…

    Février 2008

    « In a city of blinding lights ! »
    La belle fredonnait en rythme avec Bono, tout en tentant de comprendre quelque chose à la résonance magnétique nucléaire. Elle ferma son livre en soupirant. C’était inutile, elle ne saisirait jamais. Et le professeur de physique était un fantaisiste notoire. Le cauchemar de tous les étudiants en médecine. Deirdre jeta un regard atterré à ses classeurs. Elle avait choisi ça, et elle assumait parfaitement. Elle était épuisée, n’avait de vie sociale que grâce à son petit boulot, mais elle vivait enfin. Ses parents ne lui manquaient même pas. Au fond, avaient ils été réellement des parents ? Elle regarda son montre.
    « Oh non, tu es à la bourre ma fille ! »
    Elle s’habilla en quatrième vitesse et quitta son appartement au pas de course…


  • Rêves et projets pour l'avenir :
    Si Deirdre avait suivi les projets et autres exigences de sa famille, elle serait… En fait, elle l’ignore et souhaite que cela continue ainsi. La demoiselle n’avait qu’un seul rêve : devenir neurologue. Mais le devenir par ses propres moyens. Ce qui ne fut pas pourtant pas aussi facile qu’on n’aurait pu le croire de prime abord. Sa famille a tenté, en vain, de la décourager. Mais, manque de chance pour eux, la belle est bien trop déterminée pour se laisser faire. Et bien trop passionnée. Elle a toujours été une élève brillante, travailleuse et sérieuse. Après avoir été diplômée, elle entre à la faculté de médecine grace à ses résultats, et pas grace à son ascendance. Tout comme lorsqu’elle était au lycée, elle a d’excellents résultats. Elle est à présent en 2e année.


DIVERS

  • Avatar : Leighton Meester <3
  • Avis sur le Design : Sublissime, j'ai eu un énorme coup de foudre hier soir <3
  • Comment trouvez vous le forum ? Génial, j’ai craqué et je me suis inscrite
  • Comment avez-vous connu ce forum ?Par partenariat avec Strange Links dont je suis l’admin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://appleandmoon.forum-actif.eu/forum.htm
Deirdre Dupree
Slow me down
avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: Re: Deirdre Dupree - #014   Sam 26 Jan - 1:02

Vouala, j'ai ENFIN fini ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://appleandmoon.forum-actif.eu/forum.htm
Robyn Sue Wilde
Fondatrice
Squeeeeeee.
avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 05/01/2008
Age : 26

MessageSujet: Re: Deirdre Dupree - #014   Sam 26 Jan - 1:07

    C'est OK !

    Je te valide =D

_________________

    ICONS BY LJ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deirdre Dupree
Slow me down
avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 20/01/2008

MessageSujet: Re: Deirdre Dupree - #014   Sam 26 Jan - 1:12

Merciii xo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://appleandmoon.forum-actif.eu/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Deirdre Dupree - #014   

Revenir en haut Aller en bas
 
Deirdre Dupree - #014
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Deirdre of the Sorrows : These lines the last endeavour to find the missing lifeline
» Deirdre Weatherfall || The Second (and the best) ?
» Oyez Oyez le mythe de Deirdre et des douleurs.
» Deirdre ? A Hamlet For A Slothful Vassal

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LOST REFLECT * :: AT BEGINNING * :: Présentations & Postes vacants. :: Fiches validées-
Sauter vers: